Machine Translation: robot ou cerveau?

Aujourd’hui, les logiciels informatiques, Internet et la technologie ont pris le relais de l’homme dans de nombreux secteurs. L’automatisation permet généralement une productivité accrue et facilite notre quotidien en nous évitant quelques tâches fastidieuses, répétitives ou chronophages. Mais peut-on réellement se fier aux ordinateurs lorsqu’il s’agit d’un domaine aussi complexe et subtil que le langage ? Voici quelques éléments de réponses et pistes à explorer sur le sujet.

 

Qu'entend-on par MT (Machine translation) et NMT (Neural Machine translation) ?
Une MT (traducteur automatique en français) est un logiciel, aujourd’hui généralement sollicité sur Internet, qui, lorsqu’on y entre un mot ou une phrase dans une langue de départ, la traduit dans une langue cible sélectionnée par l’utilisateur. Ce principe est inventé dans les années 50 déjà.

 

La traduction automatique statistique
La traduction automatique dite statistique, qui existe quant à elle depuis les années 90 et l’avènement du WEB, fonctionne comme une sorte de décodeur perfectionné. Du « mot à mot », si l’on veut bien, mais selon les statistiques de fréquence d’utilisation des termes utilisés dans les langues sources et cibles, une traduction sera plus probable qu’une autre. Cette méthode a évolué mais les résultats ne sont toujours pas optimaux. Ce système reste très peu fiable.

 

La traduction automatique neuronale
Dernièrement, l’apparition de la NMT (traduction automatique neuronale en français) annonce une avancée intéressante dans le domaine et fait couler beaucoup d’encre. Comme son nom l’indique, cette méthode se base sur le fonctionnement du cerveau humain pour apprendre elle-même au fur et à mesure qu’elle emmagasine les données des utilisateurs, grâce à l’AI, au Deep Learning, et au Big Data. La machine traite ainsi la phrase dans son ensemble pour en comprendre le sens.

Combiné à la méthode statistique, elle donne des résultats certes prometteurs, mais encore loin d’être concluants.

 

Traduction assistée par ordinateur et mémoire de traduction
La mémoire de traduction fonctionne comme un recueil de données, alimenté au fur et à mesure des traductions effectuées. Les choix et préférences de traductions de termes ou segments récurrents sont enregistrés et mis à jour selon la charte textuelle ou le glossaire de notre client, afin que la terminologie et le style déterminés deviennent systématiques.

Lorsque nous traduisons un document pour un client régulier, si l’on utilise un système de traduction automatique, il ne saura pas que pour cette entreprise précise, il faut par exemple utiliser la locution « support téléphonique » plutôt que « service téléphonique ». L’erreur sera répétée à chaque occurrence et devra être corrigée manuellement, ce qui représente une perte de temps conséquente. La mémoire de traduction prévient ce type d’impairs.

 

Comment ces logiciels affectent-ils les métiers de la traduction ?
Apostroph Group a participé en tant que sponsor au TEDx Fribourg 2018 sur le sujet de l’intelligence artificielle. Nous suivons de près les évolutions de ces logiciels et nous plaçons ainsi à l’avant-garde du changement technologique : nous offrons déjà depuis plus de 20 ans des serveurs de gestion de terminologie en ligne (mémoire de traduction et glossaire) pour nos équipes et clients.

En effet, les tests démontrent qu'actuellement avec la traduction assistée par ordinateur et la mémoire de traduction, nous obtenons la meilleure qualité au meilleur tarif. Cette méthode hybride, supervisée par un humain, assure des traductions cohérentes de haute qualité.

Cependant, pour des textes bien précis et selon les demandes de nos clients, la traduction automatique pourrait devenir un outil utile et nous expérimentons ses fonctionnalités pour vous offrir le service le plus performant possible, tout en nous assurant que la sécurité des données et la qualité sont garanties. Elle peut actuellement s’avérer très efficace pour certains contenus bien précis ou pour capter rapidement le sens général d’un document, mais il convient de mettre en garde car elle atteint vite ses limites : la gestion de textes littéraires, les noms propres et les locutions rares, les jeux de mots ou encore les expressions imagées exigent une intervention et une perception humaine.

C’est pourquoi nos traducteurs attitrés et nos équipes sont formés sur le contexte de l'entreprise pour laquelle ils effectuent des traductions, sur leurs produits ou encore le vocabulaire corporate adéquat. Le style de communication est ainsi adapté pour chaque mandat que nous effectuons.

NOS SERVICES MT